LIRE PLUS TARD - TÉLÉCHARGER EN PDF >> CLIQUEZ ICI <<

En Octobre 2015 s’est tenu à Las Vegas, le plus grand événement de formation générique dans l’histoire du marketing de réseau.

A l’occasion de son évènement « Go Pro Recruiting Mastery », Eric Worre a rassemblé plus de 8.000 entrepreneurs, venant de 85 pays et de 173 entreprises différentes.

Ça a été 3 jours d’apprentissages et de découvertes exceptionnels grâce à des intervenants de qualité comme Bob Proctor, Robert Kiyosaki ou Tony Robbins, mais le clou de l’événement – à la grande surprise de tous – a probablement eu lieu le samedi après-midi.

Voici donc ce moment « hors du temps », ainsi que le raconte Joséphine Gross dans cet article : « Follow your joy » qu’elle m’a gentiment autorisé à vous traduire.

Tout a commencé vers 15 heures lorsque Jordan Adler, conférencier et auteur à succès, a fait son habituelle chaleureuse et conviviale entrée, laissant le public savoir que la seule différence qui le sépare d’une personne moyenne, c’est qu’il n’a pas renoncé à ses rêves et qu’il a continué à croire en lui-même, un peu plus longtemps que la plupart des gens.

Quelques minutes après sa présentation, Jordan a déclaré: «Maintenant, j’aimerais qu’ensemble, nous fassions une expérience. »

Il a sorti un billet de 100 $ de sa poche, et le brandissant face à l’audience, il a dit, «Je vais vendre aux enchères ce billet de 100 $. C’est une véritable vente aux enchères. Voyons voir ce que nous allons pouvoir en obtenir. « 

Il a commencé les enchères à 50 $

«Qui est prêt à payer 50 $ pour mon billet de 100 $ ? »

Environ 75% de la salle s’est levé, l’autre 25% semblant soit endormi, sceptique, ou en attente pour voir ce qui allait se passer.

Ensuite, Jordan a monté les enchères à 75 $.

« Qui veut payer 75 $ pour mon billet de 100 $ ? »

Quelques centaines de personnes ont fait le calcul et ont rejoint ceux qui étaient déjà debout.

Maintenant, c’est près de 90% de la salle qui veut profiter de cette proposition gagnante.

Ensuite, Jordan a déclaré, « Qui veut payer 100 $ pour mon billet de 100 $ ? »

Certaines personnes n’ont plus vu leur intérêt et ont repris leur siège, mais alors, Jordan a ajouté : « Et si je signe personnellement ce billet de 100 $ ? Qui veut l’acheter 200 $ ? »

Les gens ont commencé à l’acclamer

« Et si Eric et Marina signent ce billet ? Qui paierait 500 $ pour cela ? »

L’excitation était déjà palpable.

« Et si Bob Proctor et Robert Kiyosaki le signaient aussi, et que je le mettais dans un cadre sous verre, de sorte que vous puissiez l’afficher dans votre bureau ou dans votre salon ? Qui voudrait me donner 1.000 $ pour ce billet de 100 $ ? « 

Une grande foule d’enchérisseurs enthousiastes se tenait à présent debout, encourageant Jordan à augmenter les enchères.

« Qui veut payer 2.000 $ ? Rappelez-vous, ceci est une véritable vente aux enchères. Si vous êtes encore debout, cela signifie que vous êtes prêt à payer 2.000 $ pour mon billet de 100 $. »

Presque tout le monde est resté debout.

« 3.000 $ ? »

Quelques personnes se sont assises.

« 4.000 $ ?»

Il y avait encore une grande foule debout.

Lorsque l’enchère a atteint 5.000 $, quelques enchérisseurs supplémentaires se sont assis, mais ceux qui sont restés debout ont fait savoir à Jordan qu’ils voulaient continuer à faire monter les enchères.

La moitié de la salle était en effervescence, tandis que l’autre moitié était assise, silencieusement, ne croyant pas à ce qu’elle voyait

À ce stade de la vente, Jordan est devenu légèrement préoccupé par la situation ; il avait déjà vendu aux enchères des billets de 100 $, mais l’offre n’avait jamais atteint ces sommets !

Totalement déconcerté, il a proclamé au travers de son micro, « Eric, es-tu dans la salle ? Il se peut que j’ai besoin de ton aide ! »

Enfin, lorsque Jordan a monté l’enchère à 10 000 $ et qu’il restait encore un nombre important de soumissionnaires, il a invité chacun d’eux à venir à l’avant de la salle, afin qu’il puisse mieux les voir.

Il a répété :

« S’il vous plaît, comprenez bien que si vous venez à l’avant de la salle, cela signifie que vous êtes prêts et capables de payer 10 000 $ pour ce billet de 100 $. »

Environ 50 personnes se sont rendues vers le devant de la salle, tandis que Jordan a continué de monter l’enchère.

« 20.000 $ ! »

Pas de mouvement.

« 100.000 $ ! »

Quelques personnes sont retournées à leurs sièges, tandis qu’une douzaine est restée debout.

« 200.000 $. »

Un peu plus de gens ont abandonné.

« 300.000 $ »

Pas beaucoup de mouvement …

« 500.000 $ ! »

A ce stade, seulement quelques enchérisseurs ont tenu leurs mains levées.

« 1,000,000 $ ! »

Maintenant, il ne reste plus que deux hommes debout – un asiatique vêtu d’un costume ajusté, et un américain d’âge moyen, revêtu d’un pantalon beige et d’une chemise décontractée.

« 1.500.000 $ ! » a crié Jordan

À ce moment-là, l’asiatique a lancé un défi à l’américain :

« Ok, quelle est votre offre finale ? »

Ce dernier n’a pas répondu.

L’asiatique a semblé faire quelques calculs et a ensuite lâché, « 3,1 millions de $ !»

L’Américain a dit calmement, « 3,2 millions de $ ! »

Le monsieur asiatique a alors levé les mains en l’air, comme signe non équivoque de reddition.

Jordan pouvait à peine croire ce qui se passait, mais il a gardé son sang-froid et a appelé le vainqueur sur la scène, le félicitant tandis que la salle éclatait en applaudissements tonitruants.

« Quel est votre nom ?» demanda Jordan.

« David Martin, » répondit le monsieur.

«Pourquoi êtes-vous prêt à payer 3,2 millions $ pour un billet de 100 $ ?» a demandé Jordan

« Le développement personnel, » a était la réponse de David.

Jordan l’a remercié avec effusion et a annoncé que la totalité du montant allait à la Fondation pour l’audition : « Starkey Hearing Foundation ».

Puis il s’est tourné vers David et a dit : «Pourquoi est-ce que vous avez donné cet argent sans même savoir où il irait ? »

Ce à quoi David a répondu, « je savais que ce ne pouvait être que pour une bonne cause. »

A présent Eric et Marina Worre avaient rejoint Jordan et David sur scène pour exprimer leur surprise et leur gratitude, au nom de la Fondation Starkey.

Tandis que la foule reprenait place, David était escorté à l’arrière de la salle pour que les coordonnateurs de l’événement prennent les détails nécessaires pour compléter la transaction.

Inutile de dire que Jordan était stupéfait, mais ravi de ce qui venait d’arriver.

En seulement 8 minutes, il avait levé suffisamment d’argent pour fournir des prothèses auditives à des milliers de personnes dans le monde qui ne pouvaient pas se le permettre.

Il a fait un effort pour se calmer et terminer sa formation.

À la fin de la session de l’après-midi, des centaines de personnes ont afflué vers David pour se faire prendre en photo avec lui.

Encore étourdis d’excitation et dans un état d’incrédulité, ils ont posé à David toutes sortes de questions sur ce qui l’avait conduit à un tel acte de générosité.

David a continué à signer des autographes, étant l’obligé de ses nouveaux fans, surpris et ravis par l’effet ricochet de son action inspirée par la joie.

Networking times

Extraits de la conversation entre Jordan Adler et David C. Martin

Peu de temps après ce moment de magie et d’étonnement, Jordan et David ont eu l’occasion d’échanger autour de cet évènement.

En voici un court résumé :

Pourquoi Jordan a fait cette expérience de vente aux enchères ?

Jordan : « Ayant fait cet exercice plusieurs fois auparavant, je pensais que le billet de 100 $ serait aux enchères pour plus que ce qu’il avait fait auparavant, en raison de la taille de l’audience.

Le but était de montrer que ce que coûte quelque chose n’est pas la même chose que sa valeur en soi.

Transposé au marketing de réseau, si le coût pour démarrer une entreprise est de 400 $, ce n’est pas nécessairement la valeur de l’entreprise.

Je couple cela avec une formation qui montre aux gens comment accroître la valeur perçue de quoi que ce soit, indépendamment de ce que sa valeur réelle est.

Au début, quand je demande à la foule de se lever si elle est prête à me donner 50 $ pour mon billet de 100 $, je suis toujours surpris par le nombre de personnes qui restent assises.

J’imagine que, soit elles n’ont pas 50 $ dans leur poche, soit elles ne croient pas que c’est vrai, ou alors elles n’ont pas envie de se lever, ou ne pensent pas qu’elles vont remporter le billet de 100 $.

C’est exactement la même dynamique que lorsque nous montrons notre activité à quelqu’un. »

David, qu’est-ce qui s’est passé dans votre tête ?

David : « Quand Jordan a commencé la vente aux enchères, je me suis souvenu avoir vu auparavant des exercices similaires dans des formations de marketing de réseau et de vente.

Il existe différentes approches que les gens utilisent pour montrer comment créer plus de valeur que le prix du produit ou du service, ce qui rend la chose plus désirable.

Cependant, quelque chose m’a dit que ça allait être différent.

Je ne peux le décrire que comme de l’intuition.

Lorsque Jordan a demandé qui était prêt à payer 50 $, je me suis levé, j’ai mis ma main dans ma poche, j’ai saisi tout mon liquide et mes cartes de crédit, et j’ai levé ma main en l’air.

J’ai gardé ma main levée avec mon argent et mes cartes de crédit tout le long, jusqu’à que je sois appelé au-devant de la salle.

Plus tard, j’ai entendu le fils d’Eric, qui observait la scène à partir de la régie, dire qu’il avait prédit que je serais le vainqueur eu égard à ma posture, en ce compris ma main en l’air.

La raison pour laquelle je n’ai pas baissé ma main, c’est que j’ai eu l’intuition qu’il y avait une leçon à en tirer, et je voulais l’apprendre entièrement.

Si je n’étais pas la dernière personne debout, il y aurait une partie de la leçon que j’allais manquer.

Je ne sais pas quand cela a commencé, mais quand un certain nombre d’entre nous étaient encore debout à 1 million de dollars, j’ai réalisais que j’étais en train de vivre ce que j’ai depuis décrit comme une expérience publique « hors du corps », et les choses se sont accélérées à partir de là. »

Cette expérience a changé les gens qui se trouvaient dans la salle, et vous David, comment cela vous a-t-il changé ?

« J’ai eu besoin de temps pour intégrer l’expérience, de sorte que ce n’est que quelques semaines plus tard, après avoir visité la Starkey Hearing Foundation, que les mots me sont venus.

Vous savez comment sont ces ateliers de formation où vous apprenez à « verrouiller votre état d’esprit de millionnaire » ?

Ce qui m’est arrivé à Las Vegas, c’est que j’ai verrouillé ma mentalité de milliardaire philanthrope.

A cet instant, j’ai donné un peu plus de la moitié de la valeur nette de mes actifs.

Je n’avais jamais fait ça avant. Pourtant, je n’ai jamais eu le remord du donateur. J’ai vu plus d’argent venir dans ma vie pour le remplacer, donc je n’ai pas eu l’impression de « manque » par ce que je venais de faire.

Je ne ressentais que de la joie.

Quand je dis «verrouiller mon état d’esprit de philanthrope milliardaire, » il s’agit effectivement d’un état d’esprit d’abondance, et cela signifie aussi que je ne pourrais jamais être évalué comme ayant un milliard de dollars en ma possession à un moment donné, mais je sais que j’aurai gagné et donné ou contribué, à hauteur d’au moins un milliard de dollars dans ma vie.

Que pouvons nous retenir de cette expérience et mettre en application dans nos affaires et dans notre vie ?

Jordan : « Certaines choses me viennent à l’esprit.

La première, c’est Eric qui l’a fait remarquer : vous ne saurez pas si vous ne demandez pas.

Si je n’avais pas demandé à la foule de participer à cet exercice, cette donation de 3,2 millions de dollars n’aurait jamais eu lieu.

La deuxième, c’est de savoir que nous pouvons toujours continuer à avancer.

J’aurai pu fixer une limite aux enchères. J’aurai pu le faire dans ma tête ou à voix haute en disant que le maximum de fonds que nous allions lever serait de 15.000 $ ou 20.000 $.

La vérité, c’est que vous ne savez pas qui est dans la foule. Vous ne savez pas à qui vous parlez. Vous ne savez pas qui est là et de quoi ils sont capables.

Il en va de même pour les personnes avec qui vous partagez votre opportunité de marketing de réseau. »

David : « Un certain nombre de gens ont dit, « Je veux gagner suffisamment pour faire ce que vous avez fait. »

Il y a des enseignants comme Jim Rohn, qui ont souligné que nous pouvons tous donner.

Le chiffre qui semble résonner avec ma fille et ma femme, inspirées par ce que j’ai fait, c’est de donner 50% de ce qu’elles ont.

Pour quelqu’un d’autre, ce pourrait être 10%.

Tony Robbins a raconté que, lorsqu’il était jeune homme, il a donné 100% de ses derniers 17 $, à un garçon dans un restaurant pour qu’il puisse acheter le déjeuner de sa maman.

De donner un pourcentage de votre richesse, ou de votre revenu, peut être une bonne pratique à essayer.

Voyez comment vous le ressentez et quels changements cela peut causer.

Une autre leçon que je voudrais laisser aux lecteurs, c’est de suivre leur propre joie, ou quel que soit le nom qu’ils donnent à leur émotion la plus positive.

Concentrez votre travail et votre vie autour de cela.

Croyez que tout va fonctionner, même si le chemin n’est peut pas très clair.

En plus de choisir l’émotion, choisissez les pensées, et ensuite faites les actions quotidiennes qui vous apportent ce sentiment, de façon à vivre en permanence dans cette émotion.

Cela vous mènera vers ce que vous définissez comme étant votre but dans la vie.

Les résultats seront là, je vous le promets. »

mlm

Vous comprenez pourquoi j’ai voulu traduire cette histoire – bien réelle même si elle ressemble à un conte de Noël – afin de la partager avec vous.

Que d’enseignements et de leçons à en tirer.

Un seul regret, c’est de ne pas l’avoir vécu en direct !

Alors un grand merci au Dr Josephine Gross de Networking Times qui nous en a fait un très beau compte rendu.

Et pour vous Mesdames, je vous rappelle que Joséphine Gross, spécialiste du marketing de réseau et de la cause féminine, nous fait l’immense privilège de participer à l’évènement « Femmes Je vous MLM » le 8 Mars prochain.

Réservez vite votre votre place si vous souhaitez entendre d’autres histoires inspirantes 😉 et bénéficier d’un prix réduit jusqu’au 31 Janvier 2016 !

Et si vous avez aimé ce que vous venez de lire, alors dites-le et partagez !

Votre Savoir est un Pouvoir.

(A condition que vous l’organisiez selon un plan d’action précis et que vous le dirigiez vers un but défini !)

Bien cordialement.

Si vous aussi vous voulez devenir un Professionnel du Marketing de Réseau, Abonnez-vous à Formule90 - le meilleur système de formation en 90 jours pour bien démarrer dans le marketing de réseau !


Un j'aime ou un partage, c'est comme un sourire ou un merci... alors n'hésitez pas à me faire savoir que vous avez aimé cet article en le partageant autour de vous, cela compte beaucoup pour moi. Merci 🙂

LIRE PLUS TARD - TÉLÉCHARGER EN PDF >> CLIQUEZ ICI <<
error: Alerte: Ce contenu est protégé. Merci de respecter les droits d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'auteur.